Connectez-vous avec nous

Economie

Zimbabwe : Robert Mugabe refuse de libérer la résidence présidentielle

L’ancien Chef de l’état du Zimbabwe est toujours un locataire de la résidence présidentielle. A en croire le porte-parole de la présidence, Robert Mugabe n’a toujours pas déménager de son domicile.

Publié

le

credit photo: google

L’ancien Chef de l’état du Zimbabwe est toujours un locataire de la résidence présidentielle. A en croire le porte-parole de la présidence, Robert Mugabe n’a toujours pas déménager de son domicile.

Âgé de 94 ans,  Robert Mugabe a passé 37 ans au pouvoir. En novembre 2017, il a démissionné de ses fonctions de Chef de l’état du Zimbabwe sous la contrainte de l’armée. BBC Afrique dans son article publié le 13 Avril 2018  fait savoir que Robert Mugabe est en séjour au Singapour pour des raisons sanitaires.
Avant de quitter la présidence, l’ancien chef de l’état avait été lâché par son parti politique, la Zanu PF.  Il a été remplacé à ce poste par son ancien bras droit Emerson Gnagagna.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Inondation à Douala: Les autorités administratives sont-elles responsables ?

Le développement anarchique des villes  est une cause majeure de la recrudescence des inondations dans les zones Urbaines. Ces inondations à répétition qui plongent très souvent de nombreux ménages dans le désarroi, est la  preuve même que la politique mise en place par le gouvernement pour contrer cette menace permanente a échoué.

Publié

le

Par

Photo: ©Journal du Cameroun

Le développement anarchique des villes  est une cause majeure de la recrudescence des inondations dans les zones Urbaines. Ces inondations à répétition qui plongent très souvent de nombreux ménages dans le désarroi, est la  preuve même que la politique mise en place par le gouvernement pour contrer cette menace permanente a échoué.

La pluie diluvienne qui s’est abattue sur la ville de Douala, le mercredi 25 juillet 2018, a inondé de nombreux coins de la capitale économique à l’instar du lieu- dit carrefour cité des Palmiers. A cet endroit, l’averse qui a coupé la route en deux, a également causée d’énormes dégâts matériels et entrainer des pertes en vies humaines dans la ville. Face à l’augmentation de la population cause de l’immigration et de l’exode rural, l’on constate que la règlementation n’est pas respectée. Plusieurs personnes obtiennent des permis  abusifs et s’implantent n’importe où. En tout état de cause, ce qui arrive dans les villes du Cameroun, est de la responsabilité des autorités ou des structures décentralisées que sont les communautés urbaines.

Gouverner c’est prévoir et donc, quand il y a des constructions anarchiques, des ponts et des buses qui doivent être renouveler et on ne le fait pas, tôt ou tard, on sera surpris de ce qui nous arrive. On ne devrait pas en 2018, être surpris par les inondations alors que la pluviométrie n’a pas augmentée. Cela peut être un élément naturel on le comprendrait mais, le problème est celui de la mauvaise planification des zones urbaines.

Joshoua Osih, candidat du SDF (social democratic front).

Les inondations observées dans les villes du Cameroun, sont aussi le fruit des activités liées à l’urbanisation que sont ; l’obstruction des drains et le rejet des ordures et objets encombrants dans les cours d’eaux. Egalement, L’incivisme des uns et des autres qui s’installent dans les zones non constructibles parce que les terrains y sont moins chers et cela, sans se préoccuper de leur situation et quand vient viennent les éboulements ou les inondations, c’est la panique totale. Pour éviter qu’un tel phénomène ne se reproduise, il est urgent que l’Etat du Cameroun  mette en place un plan d’urbanisation, qui permet aux populations de vivre en étant à l’abri  de telles catastrophes.

Les plans d’assainissement urbain doivent être sérieusement revus.  Même les grands drains que l’on a faits à Douala il y a quelques années, des gens se permettent de construire dessus poussant l’évacuation d’eau vers le fleuve ou la mer. Le ministre de l’urbanisme doit reprendre  le dossier en main  et que l’assainissement dans nos villes soient fait de manière sérieuse.

Anicet Ekane, président du Manidem (mouvement Africain pour la nouvelle indépendance et la démocratie).

L’habitation urbaine n’est donc pas une jungle où chacun habite où ça le chante. Il y a un permis de bâtir et une réglementation qui entre en jeux. L’assainissement public incombe donc aux autorités qui doivent faire en sorte que quelques soit l’endroit où on se trouve dans la ville, qu’il n’y ait pas d’inondation sauf s’il y a des éléments naturels difficile à dompter.

Lire la suite

Economie

Hadj 2018 : Paul Biya fait un geste aux pèlerins

Le chef de l’état Paul Biya a décidé de venir en aide aux pèlerins en ordonnant la réduction des prix des billets d’avion pour la Mecque et l’augmentation des primes des encadreurs.

Publié

le

Par

credit photo: google

Le chef de l’état Paul Biya a décidé de venir en aide aux pèlerins en ordonnant la réduction des prix des billets d’avion pour la Mecque et l’augmentation des primes des encadreurs.

Le ministre de l’administration territoriale a rencontré les encadreurs du Hadj ce mardi 08 mai à Yaoundé.  Au cours de cette assise, Paul Atanga Nji leur a annoncé les innovations du pèlerinage 2018.  Il a évoqué la réduction du prix du billet d’avion pour l’Arabie Saoudite, une première depuis l’existence de la commission du Haldj en 2004. Les musulmans enregistrés pour le Hadj auront droit à 56 kg de bagages soit 16 de plus que l’année dernière.

Les encadreurs ont également appris que leur prime a été revue à la hausse. Elle passe de 55.000 francs CFA à 75.000 francs CFA. Le président de la République a instruit que le séjour des pèlerins ne soit plus prolongé en terre sainte à cause de l’indisponibilité de l’avion. Ces derniers devront désormais passer au maximum 26 jours au lieu de 40. La compagnie Ethiopian Airlines mettra à disposition trois avions pour le transport des pèlerins à la Mecque.

On annonce aussi la création de trois centres de visas dans les villes de Maroua, Yaoundé et Ngaoundéré. Cette décision a été prise de commun accord avec les autorités consulaires saoudiennes.

Il y a plusieurs mois les pèlerins et encadreurs avaient adressé des doléances à l’endroit du chef de l’état en passant par le ministre de l’administration territoriale. Ce beau geste de Paul Biya est un ouf de soulagement pour les musulmans.

Lire la suite

Economie

Visite d’évaluation du FMI au Cameroun

Corinne Deléchat mandatée par  le FMI fait le point sur l’avancée du programme économique triennal.

Publié

le

Par

Cameroon Today; https://cameroontoday.info

Corinne Deléchat mandatée par  le FMI fait le point sur l’avancée du programme économique triennal.

« Facilité élargie de crédit  » est le thème du contrat signé entre le FMI et le Cameroun, le 26 juin 2017. C’est un programme économique triennal dont la mission du FMI veut évaluer les objectifs du 24 octobre au 03 novembre 2017.

 

Les vastes chantiers infrastructurels et la reprise d’une économie durable  sont quelques projets engagés par le Cameroun actuellement.  Fautes de financement propres, les autorités   ont sollicité le concours des partenaires internationaux pour atteindre leurs objectifs. Le FMI, partenaire économique, a accepté positivement d’accompagner  le Cameroun, à travers la signature du contrat du programme économique triennal.

Le conseil d’administration du FMI veut se rassurer de l’avancée des projets dont le crédit est destiné, afin de poursuivre le programme. La visite de Corinne Deléchat n’est pas la première du genre. On se souvient de son séjour à Yaoundé du 20 février au 6 mars 2017, pendant lequel, il y a eu des entretiens sur ledit programme. Les échanges étaient alors favorables pour le Cameroun, qui bénéficie de la facilité d’élargir son crédit jusqu’en 2019.

Les perspectives du premier rapport d’étape sont appréciables à travers plusieurs paramètres, tels que le mentionne le chef de mission du Fond Monétaire International :

La bonne performance du gouvernement au titre des objectifs du programme, la mobilisation des autorités pour vraiment atteindre les objectifs, la mise en œuvre des réformes structurelles qui sous-tendent le programme non seulement dans le cadre du Cameroun, mais aussi au niveau de la sous-région.

Le FMI prévoit une croissance économique de 3,7% pour le Cameroun en 2017. Cette prévision relativement en baisse par rapport à l’année dernière, est le résultat de la chute des prix des matières premières, du pétrole et du gaz. C’est aussi une conséquence des attaques de Boko Haram qui ne facilitent pas les échanges commerciaux dans le Grand Nord du pays.

Lire la suite

Populaires