Connectez-vous avec nous

International

Zimbabwe : Le parti de Morgan Tsvangirai se déchire pour sa succession

Morgan Tsvangirai sera inhumé le 20 février prochain à Buhera son village natal. Décédé le 14 février dernier des suites d’un cancer du côlon en Afrique du sud, les membres de son parti se battent déjà pour sa succession.

Publié

le

credit photo: Google

Morgan Tsvangirai sera inhumé le 20 février prochain à Buhera son village natal. Décédé le 14 février dernier des suites d’un cancer du côlon en Afrique du sud, les membres de son parti se battent déjà pour sa succession.

Le Mouvement pour le Changement Démocratique est au cœur d’une querelle  depuis la mort du leader Morgan Tsvangirai. Selon la presse locale, deux des trois vice-présidents se sont déjà proclamés président du MDC. Le premier, Elias Mudzuri aurait pris les rênes de la formation politique quelques semaines avant le décès de Morgan Tsvangirai. Le second  Nelson Chamisa s’est  proclamé  aussi président par intérim du Mouvement pour le changement Démocratique après publication du communiqué signé par le porte-parole du leader du parti. Un document qui a été contesté  par son rival et a entrainé une rivalité au sein du parti.  Radio France International (RFI) annonce ce lundi 19 février  que la mère du défunt aurait menacé de se donner la mort si jamais Nelson Chamisa se présentait aux funérailles de son fils.

Un congrès interne aura lieu dans les toutes prochaines semaines à Harare. Il sera question pour le MDC de choisir le candidat qui se présentera à l’élection présidentielle qui aura lieu cette année au Zimbabwe. Un scrutin sans Robert Mugabe chassé du pouvoir par un coup d’état en novembre 2017 et son  principal adversaire Morgan Tsvangirai qui retrouvera la terre de ses ancêtres demain Mardi 20 février 2018.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Cote d’Ivoire : Simone Gbagbo recouvre la liberté

L’ancienne première dame de côte d’Ivoire Simone Gbagbo a été libérée le mercredi 8 Août 2018 après avoir été amnistiée par le président ivoirien Alassane Ouattara. Après sept ans de détention, Simone Gbagbo âgée de 69 ans a quitté l’école de gendarmerie ou elle était détenue depuis sept ans.

Publié

le

Photo: ©Ouest-France

L’ancienne première dame de côte d’Ivoire Simone Gbagbo a été libérée le mercredi 8 Août 2018 après avoir été amnistiée par le président ivoirien Alassane Ouattara. Après sept ans de détention, Simone Gbagbo âgée de 69 ans a quitté l’école de gendarmerie ou elle était détenue depuis sept ans

L’ex-Première dame de Côte d’Ivoire, Simone Gbagbo, a été libérée le mercredi 8 août 2018, après avoir été amnistiée par le président ivoirien Alassane Ouattara. Elle avait été condamnée à 20 ans de prison pour atteinte à la sureté de l’Etat. Simone Gbagbo a quitté l’école de gendarmerie où elle était détenue depuis sept ans selon son avocat Blédé Dohoré. La dame de fer ivoirienne comme on la surnomme a regagner sa résidence du quartier de Cocody à Abidjan, où l’attendent un millier de sympathisants. Au son des tambours et des chansons, une foule bariolée a acclamé Simone Gbagbo.

Sa mise en liberté avait été ordonnée un peu plus tôt par le procureur de la République d’Abidjan. L’amnistie de 800 personnes, dont Simone Gbagbo et plusieurs figures de l’ancien régime du président Laurent Gbagbo, a été annoncée deux jours avant la libération de Simone Gbagbo par le chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara, la veille de la fête national en côte d’Ivoire. Elle a unanimement été saluée par la classe politique ivoirienne qui évoque un geste fort en faveur de la réconciliation nationale en Côte d’Ivoire.

Simone Gbagbo avait été arrêtée en avril 2011 et condamnée en 2015 à vingt ans de prison pour « atteinte à la sûreté de l’Etat ». Libre en Côte d’Ivoire, Simone Gbagbo reste poursuivie par la Cour pénale internationale (CPI) qui a délivré contre elle un mandat d’arrêt en février 2012. Son mari Laurent Gbagbo est quant à lui à la Haye depuis 2011où il est  jugé pour crime de guerre et crime contre l’humanité. Le président Ouattara a affirmé en 2016, qu’il « n’enverrait plus d’Ivoiriens » à la CPI estimant, que son pays avait désormais une « justice opérationnelle ».

Lire la suite

International

Mali : Ibrahim Boubacar Keita choisi pour briguer la magistrature suprême

Une coalition de 70 partis politiques malien a désigné l’actuel chef de l’état comme étant son candidat à la présidentielle de juillet 2018. L’annonce a été faite le samedi 06 mai lors d’un meeting qui a eu lieu à Bamako.

Publié

le

Par

credit photo: google

Une coalition de 70 partis politiques malien a désigné l’actuel chef de l’état comme étant son  candidat à la présidentielle de juillet 2018. L’annonce a été faite le samedi 06 mai lors d’un meeting qui a eu lieu à Bamako.

Ibrahim Boubacar Keita a été porté à la tête du pays en  2013 et ce pour un mandat de cinq ans renouvelable une fois. D’après BBC Afrique, l’homme politique serait disponible à se présenter à un scrutin mais n’a pas encore décidé si ce sera sous la bannière de cette coalition.  Plus de 15 personnes ont déclaré  leur intention de briguer le fauteuil présidentiel notamment Moussa Mara l’ancien premier ministre d’Ibrahim Boubacar Keita et Cheick Harouna Sankare président du mouvement pour l’union des maliens.

Ibrahim Boubacar Keita a été premier ministre sous le règne d’Oumar Konaré  et président de l’assemblée nationale entre 2002- 2007. L’union Européenne a récemment  posé des conditions pour pouvoir envoyé une mission d’observation au Mali à l’occasion de la présidentielle de juillet 2018. Ledit rapport portait entre autres sur le plan de ramassage des enveloppes destinées à la cour constitutionnelle devrait être public, supervisé et garanti par l’administration afin d’éviter la non prise en compte des voix valablement exprimés dans les résultats proclamés.

Lire la suite

International

Affaire Vincent Bolloré : Alpha Condé brise le silence

Le président guinéen Alpha Condé compte déposer une plainte pour dénonciation calomnieuse dans le cadre de l’affaire Vincent Bolloré.

Publié

le

Par

credit photo: google

Le président guinéen Alpha Condé compte déposer une plainte pour dénonciation calomnieuse dans le cadre de l’affaire Vincent Bolloré.

Accusé d’avoir favorisé le milliardaire breton dans l’obtention de la concession du terminal à conteneurs du port de Conakry, le chef de l’état a tenu à s’exprimer sur la question. Alpha Condé était face aux hommes et femmes de medias à l’occasion de la journée internationale de la liberté. Pendant cette échange, président guinéen a fustigé le manque de professionnalisme des journalistes sur cette affaire.

 «Aucun de vous n’a cherché ici à savoir quelle est la vérité. Je vais porter plainte en France pour dénonciation calomnieuse. J’ai décidé de porter plainte, mais vous qu’est-ce que vous faites ? Vous continuez à casser l’image du pays »  a-t-il lâché face aux journalistes.

Alpha Condé avait résilié le contrat attribué à Getma, filiale du groupe Necotrans pour une durée de 25 ans pour le confier au groupe Bolloré. Il y a quelques jours le ministre guinéen de la justice Cheick Sako avait affirmé que Conakry allait collaborer à l’enquête française.

L’homme d’affaire français est accusé de corruption d’agent public étranger, faux et usage faux dans le cadre des conditions d’obtention de la concession du terminal à conteneurs du port de Conakry. Il est gardé à vue depuis le mardi 24  avril 2018 dans les locaux de la police anti-corruption de Nanterre en France.

Lire la suite

Populaires