Connectez-vous avec nous

Sans catérogie

Six partis politiques soutiennent la candidature d’Akere Muna

Le 15 janvier dernier à Yaoundé, six partis politiques ont désigné Akere Muna comme leur candidat à l’élection présidentielle de 2018 au Cameroun.

Publié

le

Cameroon Today; https://cameroontoday.info
credit photo: Google

Le 15 janvier dernier à Yaoundé, six partis politiques ont désigné Akere Muna comme leur candidat à l’élection présidentielle de 2018 au Cameroun. 

Une autre coalition de l’opposition est née au Cameroun. A neuf mois du scrutin présidentiel, certains partis politiques et quelques représentants de la société civile ont décidé de soutenir la candidature d’Akere Muna à la magistrature suprême.  Au cours des assises qui ont eu lieu le 15 Janvier dernier  au siège de l’Alliance des forces progressistes situé au quartier Tsinga, les différentes parties prenantes ont mis sur pied la plateforme de la nouvelle république. Parallèlement elles ont constitué un bureau provisoire avec à sa tête Jacques Maboula, maire de la ville de Yabassi. Alice Sadio de l’AFP en est la secrétaire général et  Chretien Tabetsing, le trésorier.

Les signataires de cette plateforme la présente comme un projet qui va rassembler et fédérer les forces vives capables de canaliser une volonté de changement. D’après le communiqué final qui a sanctionné lesdits travaux, six partis de l’opposition ont choisi d’aller à l’élection aux côtés de l’ancien bâtonnier de l’ordre des avocats du Cameroun. Il s’agit de l’Alliance des Forces Progressistes fondée par Bernard Muna, le frère ainé d’Akere Muna, de l’Union des Populations du Cameroun (UPC) représenté par son vice-président Teghe Hott,  du Parti National des Patriotes Camerounais (PNTC), Front Populaire pour le Développement (FPD) et Bloc pour la Construction de l’Indépendance Economique du Cameroun (BRIC). Cette coalition entend présenter une candidature unique  mais le fait le plus intriguant c’est qu’on ignore sous quelle bannière Maitre Akere Tabeng Muna briguera  la magistrature suprême. S’il a aujourd’hui le soutien de certaines formations politiques qu’en est-il des partis d’envergure tels que le Social Democratic Front (SDF)  qui va se réunir dans les tous prochains pour désigner ses candidats aux élections? du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) de Maurice Kamto qu’il a rencontré il y’a peu mais dont la quintessence des échanges est tenue secrète ? Ou encore le Peuple Uni pour la Rénovation Sociale (PURS) Serge Espoir Matomba que la presse gabonaise  présente comme le candidat qui fait peur à Paul Biya ?

Me Akere Muna a déclaré sa candidature en octobre 2017. Fondateur du mouvement Now, il a affirmé dans les colonnes du magazine jeune Afrique  qu’il souhaite  être un président qui écoute. Selon lui un bon chef d’Etat doit avoir une histoire d’amour entre le peuple et lui-même.

 

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sans catérogie

Cameroun: Torture et détention au secret sont monnaie courante

En vue de préserver la stabilité au Cameroun, des ONG ont attiré l’attention de l’organisation des nations unies et son conseil de sécurité, sur de graves violations des droits humains et l’enjeu de mettre la pression sur le gouvernement camerounais et les groupes armés séparatistes, afin qu’ils s’engagent sur la voie du dialogue

Publié

le

Photo:@journalducameroun.com

Dans un rapport publié le 6 mai 2019, l’ONG Human Rights Wacth  déclare que « Les autorités camerounaises ont torturé et détenu au secret des personnes dans un centre de détention à Yaoundé » L’organisation de défense des droits de l’homme, affirme avoir documenté 26 cas de détention au secret et de disparition forcée au centre de détention du Secrétariat d’Etat à la Défense (SED), entre janvier 2018 et janvier 2019, dont 14 cas de torture. Parmi les pratiques que l’ONG dénonce, figurent des passages à tabac et des « quasi-noyade » destinées, selon le rapport de HRW, à « obtenir des aveux de détenus suspectés d’avoir des liens avec des groupes séparatistes armés ».

Selon l’ONG, ces agissements  nécessitent l’ouverture « d’une enquête indépendante qui examinerait le rôle des agents de tous rangs au centre de détention ». L’ONG  Human Rights Wacth, rappelle également que « les séparatistes armés au Cameroun ont aussi commis de graves abus, y compris des attaques contre des écoles, des meurtres, des enlèvements et de l’extorsion », appelant les leaders séparatistes à donner des « ordres clairs pour empêcher les combattants d’attaquer des civils et de maltraiter les personnes qu’ils détiennent ». Dans ce rapport, HRW cite également des cas de torture infligée par des séparatistes sur des civils

Par ailleurs, le rapport du centre pour les droits de l’homme et la démocratie  en Afrique, s’appuie sur la détérioration de la situation dans les régions anglophones d’octobre 2016 à mai 2019. L’on est selon cette organisation, de plain pied dans une catastrophe des droits de l’homme. Le rapport parle de  violations graves des droits humains, commises d’un côté par les forces gouvernementales et de l’autre par les séparatistes, des atrocités telles que, la déportation des populations, l’emprisonnement avec sévices corporelle grave en violation de la loi fondamentale du Cameroun, ainsi que la persécution de la minorité anglophone. Ceci pousse l’organisation non gouvernementale, à conclure que les crimes contre l’humanité sont commis au Cameroun, d’où la nécessité d’engager des actions immédiates, pour prévenir d’autres atrocités et  protéger les civiles.

Pour stopper la crise, l’ONG adresse une série de recommandation à l’organisation des nations unis, appelant son conseil de sécurité à être plus regardant sur les droits de l’homme au Cameroun. Ces ONG publient ces différents rapports sur l’usage de la torture et les détentions au secret dans le cadre de la lutte contre les séparatistes, alors que le Conseil de sécurité des Nations unies doit tenir sa première réunion informelle sur la crise anglophone au Cameroun le 13 mai 2019.

Lire la suite

Actualité

Démission collective dans les rangs du MRC

220 militants du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun ont démissionné le 28 avril 2018 du parti politique dans la région de l’extrême Nord.

Publié

le

Par

credit photo: google

220 militants du Mouvement  pour la Renaissance du Cameroun ont démissionné le 28 avril 2018  du parti politique dans la région de l’extrême Nord.

Les démissionnaires pour la plupart étaient des responsables de base du MRC dans le Mayo – Danay et Mayo – Kani. Ils ont rédigé une lettre collective pour annoncer leur départ du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun. Ces derniers se plaignent du mépris manifesté à leur égard par le président national du parti politique. Ils font savoir que depuis qu’ils ont implanté le MRC dans la quasi-totalité de la région de l’extrême Nord, ils n’ont reçu aucun soutien moral de la part de Maurice Kamto comme le stipule cet extrait du communiqué.

A plusieurs reprises à la demande de nos militants, nous avons sollicité, sans succès, votre présence au moins pour une seule fois dans la région pour les réconforter dans leur engagement au milieu des intimidations et menaces de tout genre.

Ils décrient aussi la gestion opaque du parti au niveau national et local. Dans ce document on apprend que les 358  délégués du MRC dans l’extrême Nord ont voyagé à leur propre frais pour venir assister à la convention du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun qui a eu lieu en Avril dernier au palais des sports de Yaoundé.

Par une déclaration à vous adressée en date du 09 avril 2018, nous vous avons clairement dit que l’Extrême Nord  n’ira pas dans ces conditions. Cela  n’a pas suscité aucune réaction de votre part. L’on a préféré ramasser quelques individus à la place des militants pour représenter l’Extrême Nord à la convention.

Avant la démission de ces 220 responsables de base et militants, le secrétaire national adjoint en charge de l’inspection et du développement Franck Hubert Ateba avait jeté l’éponge pour presque les mêmes raisons. Il fustigeait la gestion opanique et paternaliste du parti politique.

Lire la suite

International

RDC : Félix Tshisekedi tient son premier meeting public en tant président de l’UDPS

Le nouveau président national de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social a organisé un meeting de campagne ce 24 Avril à Kinshasa.

Publié

le

Par

credit photo: google

Le nouveau président national de l’Union pour la Démocratie et le Progrès  Social a organisé un meeting de campagne ce 24 Avril à Kinshasa.

Felix Tshisekedi a prononcé son premier discours en sa qualité de président de l’UDPS. Élu le 30 mars dernier avec 98%  soit 798 suffrages exprimés en sa faveur contre 8 pour son challenger Guy Bao. Félix Tshisekedi a été par la même occasion désigné  candidat à la présidentielle du 23 décembre 2018 en République Démocratique du Congo.

C’est la toute première fois depuis septembre 2016 que les manifestations publiques se tiennent en RDC, suite à des violences à proximité du siège de l’UDPS  qui avaient causé la mort de plusieurs personnes. Le fils du feu Etienne Tshisekedi a demandé au pouvoir  de libérer des prisonniers politiques au Congo et permettre le retour des opposants en exil comme Moise Katumbi également candidat à la  présidentielle mais qui risque la prison s’il revient au pays.

Il a aussi confirmé les négociations qu’il a entrepris avec le gouvernement pour le retour de la dépouille de son père mais nie être en pourparlers pour un éventuel poste de premier ministre.

 

Lire la suite

Populaires