Connectez-vous avec nous

Politique

Crise Anglophone : Victor Mukete brise le silence

Le Sénateur Mfon Victor Mukete vient de proposer l’instauration d’un fédéralisme à dix Etats pour stopper la crise anglophone au Cameroun. Dans un entretien qu’il a accordé au magazine panafricain Jeune Afrique, le patriarche fait des révélations renversantes.

Publié

le

credit photo: Google

Le Sénateur Mfon Victor Mukete vient de proposer l’instauration d’un fédéralisme à dix Etats pour stopper la crise anglophone au Cameroun. Dans un entretien qu’il a accordé au magazine  panafricain Jeune Afrique, le patriarche fait des révélations renversantes.

Membre du parti au pouvoir et  du Senat Victor Mukete a tenu des propos crus  en ce qui concerne la crise anglophone. L’homme d’affaire originaire de la région du Sud-ouest  explique que cette crise qui paralyse le Cameroun depuis plus d’un an et demi aurait été évitée «  Si l’on s’était abstenu d’emprisonner des leaders modérés qui n’avaient qu’en définitive des revendications sociales…. ». Le sénateur déplore aussi la marginalisation dont est victime les Anglophones.

« A peine dix anglophones sur les soixante membres du gouvernement… nul ne peut prétendre être à l’aise avec ça »

Interrogé sur cette sortie de Victor Mukete,  le politologue Dr Sosthène Efouba souligne que la marginalisation dont le patriarche fait allusion dans les colonnes du magazine Jeune Afrique  n’est pas aussi extrême comme il veut nous le faire croire.

La marginalisation oui mais extrême non. Cette déclaration me semble excessive, et même maladroite car elle ne vise pas l’apaisement, elle jette plus tôt l’huile dans le feu. A l’observation, le prince est âgé, il est peut être un sage tous les camerounais ont des mêmes problèmes sinon comment expliquez-vous les mémorandums qui fusent de partout, ou encore l’équilibre régional.

Le chef supérieur des Bafaw pense que la mise en place de la commission nationale pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme arrive tardivement et n’est pas un début de solution à la crise socio-politique. L’homme d’affaire précise que les élites du Sud-ouest et Nord-ouest n’ont rien fait pour que le calme revienne dans ces deux régions.

Aucun des différents premiers ministres anglophones qu’a connus le pays ne s’est jamais montré suffisamment honnête ou courageux pour tirer la sonnette d’alarme et limiter les frustrations

Un avis que ne partage pas le politologue. Il soutient que les propos du patriarche ont des visées électoralistes

Cette sortie est assez curieuse, peut être motivée par l’actualité des élections sénatoriales, pourquoi maintenant ? Pour paraître comme le sauveur du peuple anglophone. Mais pour revenir à votre question aucun régime n’est une panacée car chaque système politique a des forces et faiblesses, alors tout est dans l’esprit et dans la gouvernance.

Victor Mukete termine en prônant l’instauration d’un fédéralisme à dix états. Une idée  que réfute Dr Sosthène Efouba.

La résolution de la crise anglophone passe par l’implémentation de la décentralisation, de l’arrêt des actes terroristes, de la volonté de tous les camerounais à développer le vivre ensemble, le patriotisme, l’intérêt général et l’amour du prochain.

Cette crise anglophone a couté la vie à plus d’une dizaine de forces de sécurité et près d’une centaine de sécessionnistes.

Politique

LEGISLATIVES. Paul Biya demande la prorogation du mandat des députés

Publié

le

LEGISLATIVES. Paul Biya demande la prorogation du mandat des députés

Une tradition commence la première fois ! Le président de la République souhaite à nouveau rallonger le mandat des députés.

Le Chef de l’Etat a saisi, le lundi 17 juin, le Président de l’Assemblée Nationale, Cavaye Yegue Djibril, pour une nouvelle période de déroulement des élections des députés. Il demande aux présidents des deux chambres de réunir leur Bureau respectif en vue d’entamer des discussions sur une prorogation de deux mois du mandat de ses membres. A l’issue de cette consultation, il fera tenir le projet de loi prolongeant à nouveau le mandat des députés, aujourd’hui d’un an.

Il fonde sa démarche sur la base de l’article 15 alinéa 4 de la Constitution qui dispose qu’en cas de crise, l’Assemblée Nationale intervient dans la prorogation du mandat des députés.

Pour le résident d’Etoudi, ce nouveau délai est indispensable pour le bon déroulement de « la session parlementaire ordinaire du mois de novembre, traditionnellement consacrée à l’examen de la loi des finances » d’une part et d’autre part, à l’harmonisation des délais nécessaires à la tenue d’un double scrutin législatif et municipal.

« Même si ça devient une habitude, nous ne devons pas oublier que le pays est déjà dans une situation très instable. » a réagi le Premier Secrétaire du PURS, Serge Espoir Matomba. Selon lui, l’insécurité dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest (NOSO) et la reprise des incursions de Boko Haram dans la partie septentrionale du pays ne favorisent pas l’implantation des bureaux de vote dans les différentes circonscriptions de ces localités. Par conséquent, elles ne permettent pas aux citoyens des régions concernées de choisir leurs candidats; ce qui les priverait d’une réelle représentativité au sein de l’Institution. « Chacun devrait aussi voter dans sa localité. Mais le plus urgent reste le dialogue de sortie de crise. C’est fort de cet argumentaire que nous préconisons le dialogue comme préalable à la sortie d’une crise qui, aussi longtemps qu’elle durera, privera progressivement les citoyens de leur droit, tout en portant une grave atteinte au processus démocratique du pays. » a-t-il poursuivi.

Cette prorogation du mandat que sollicite le Président de la République, intervient effectivement dans un contexte déjà assez tendu que sont venus exacerber les résultats de la présidentielle d’octobre 2018.

 

 

 

Lire la suite

Politique

LE PURS MUTUALISE AVEC LES SYNDICALISTES

C’était au cours d’une réunion stratégique avec les leaders syndicaux d’ENTENTE et de la FECASE à Yaoundé.

Publié

le

Par

Le Peuple Uni pour la Rénovation Sociale a juste poursuivi une action engagée il y a déjà plusieurs années, en vue d’impliquer tous les corps sociaux dans la scène politique et les voir participer au développement du Cameroun.  Selon Serge Espoir Matomba le Premier Secrétaire du PURS « Le Cameroun est l’un des rares pays au monde où les mouvements syndicaux se sont détachés de la scène politique »,  toute chose qui est à décrier, raison pour laquelle « Le PURS, parti social-démocrate préconise une organisation sociale plus juste », d’où l’urgence de l’implication des travailleurs dans le processus de prise de décisions.

La confédération ENTENTE et la Fédération Camerounaise des Syndicats de l’Education (FECASE) pensent qu’il est urgent de créer un « véritable force alternative pour impulser une société de justice sociale et d’équité ». C’est en cela que les syndicalistes doivent rester libres dans leur déploiement visant à défendre les droits des travailleurs.

Les réflexions entre le PURS et les syndicats visent à sceller une alliance pour participer de façon efficace au développement du Cameroun, et tout cela commence par la Campagne 300 maires et 100 députés qu’avait lancé le Peuple Uni pour le Rénovation Sociale en 2017.

Lire la suite

Actualité

SOUVENEZ-VOUS DU 21 OCTOBRE 2017

Une marche solidaire pour les populations du Nord-Ouest et du Sud-Ouest avait été organisée par Jean Michel Nintcheu, grand absent à la manifestation.

Publié

le

Par

Durant toute la journée de ce samedi 21 Octobre 2017, l’instigateur de la marche n’avait été aperçu nulle part, arguant tantôt qu’il est sous surveillance policière à Akwa ou encore au quartier Ndogpassi son lieu de résidence. Mais à la surprise générale, il sera regardé et écouté à la télévision à la fin de la journée.

Sur le lieu de la manifestation grandement militarisé, difficile de se mouvoir en toute quiétude. Les forces de sécurité ayant déployé l’artillerie lourde dans le but d’intimider les populations qui auraient la subversive idée de former une masse visant à passer un message.  Ainsi, les groupes de plus de quatre personnes étaient systématiquement disloqués.

Les seuls leaders qui ont bravé les peurs : Serge Espoir Matomba et Kah Walla.

Serge Espoir Matomba a été rencontré au stade omnisport de Douala, site de la marche. Le Premier Secrétaire du Peuple Uni pour la Rénovation Sociale a passé une partie de la journée en compagnie des journalistes, quelques membres de son parti et des citoyens venus s’enquérir de la situation. Au bout de quelques temps, Matomba et son équipe ont été priés de quitter les lieux.

Serge Espoir Matomba interviewé par la presse en 2017

De son côté, Kah Walla affirmait être également sous surveillance policière dans la matinée du Samedi 21 Octobre 2017. Mais dans l’après-midi, elle a fait une sortie inattendue vers le marché New Deido, même si c’était hors du champ initial du lieu de la manifestation.

 

Kah Walla et stand up Cameroun

Ce 21 Octobre 2018, un an après la marche de solidarité en faveur des populations du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, une autre manifestation est organisée, presque sur le même schéma.

Lire la suite

Populaires