Connectez-vous avec nous

Politique

Crise anglophone: Le gouvernement rejette l’implication de l’armée dans l’assassinat d’un nourrisson

L’armée camerounaise est pointée du doigt comme étant l’auteur de l’assassinat du nourrisson de Muyuka. Des allégations que rejette le gouvernement qui impute cet acte tragique au géniteur du bébé de quatre mois. Une accusation, que condamnent des hommes politiques.

Publié

le

Photo:@agencecamerounpress.com

Le lundi 20 mai 2019, jour de fête nationale du Cameroun, une vidéo d’un nourrisson assassiné est diffusée sur les réseaux sociaux. Cette vidéo montre le corps d’un bébé tué par balles dans le sud-ouest du Cameroun, faisant croire à certains que la jeune victime a été tué par l’armée. Deux jours après le drame, le gouvernement camerounais rejette l’accusation de l’implication de l’armée dans l’assassinat du nourrisson. Dans un communiqué signé par le ministre camerounais de la communication Réné Emmanuel Sadi le 22 mai 2019, il ressort que « ces allégations mensongères » ont été « perpétrées par des individus issus de bande « criminelles » La version des faits tels que relatés par le porte-parole du gouvernement, n’est pas bien accueillie au sein de la classe politique.

Personne même pas les journalistes qui étaient sur le terrain, ne peuvent dire qu’ils ont une information fiable. Pourquoi cet homme n’a pas porté plainte, Pourquoi il enterre sa fille, on peut tuer votre enfant et vous l’enterrez,  vous pensez vraiment que c’est possible ? S’il l’a fait, il a peut être ses raisons. Quant au gouvernement, je n’attends pas que le gouvernement ait une position qui va apaiser les gens , sur le cas précis, il y aura une enquête mais nous sommes en zone militaire, si nous étions dans un pays où tous les acteurs sociaux agissent de manière coordonnées vers un objectif claire et précis, la société civile mettrai peut- être la pression pour que l’armée camerounaise même dans quinze ans, rende compte de certaines bévues commises par  certains éléments.

Serges Soho, analyste politique, s’est exprimé au cours de l’émission « Droit de réponse » sur Equinoxe télévision le dimanche 26 mai 2019

Les propos du Ministre Réné Emmanuel Sadi, ne séduisent pas plusieurs, qui estiment que le porte- parole du gouvernement, pourrait lui-même faire l’objet  d’une autre plainte de la part du géniteur de l’enfant assassiné, du fait qu’il l’accuse de faire partir  des forces ambazoniennes. Ainsi, seule une enquête sérieuse pourra déterminer qui sont réellement les coupables en attendant, les citoyens doivent agir.

Nous les citoyens, nous devons nous mobiliser. On devrait peut-être commencer par appeler à un collectif des gens de Muyuka pour que eux même à Muyuka, puissent faire un deuil c’est-à-dire,  qu’ils vont voir le monsieur et lui dire on s’organise autour de toi, allons saisir le procureur qu’on enlève ce corps même s’il est enterré, qu’on fasse des autopsies crédible et puis on verra la vérité  parce que, quelque soit les circonstances, il n y aura pas d’apaisement s’il n y a pas confession, il n y aura pas confession s’il n y a pas vérité et il n y aura pas justice.

Poursuit Serges soho.

Suite  au drame qui s’est produit dans la ville de Muyuka dans la zone anglophone du sud-ouest, la sortie du gouvernement ne permet en aucun cas d’apaiser les tensions et les doutes quant aux circonstances réelles de ce drame. Pour certains politiciens, il serait donc préférable que le gouvernement arrête de nourrir la population avec de fausses informations.

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

Cameroun: Les droits de l’homme sont méprisés

Le régime de Yaoundé Bafoue les droits fondamentaux des citoyens. Les autorités sécuritaires interpellent et neutralisent des personnes, qui ne cherchent qu’à exprimer leur opinion. C’est à croire qu’il n’existe presque plus d’espace de liberté au Cameroun

Publié

le

Photo: bbc.com

Dans toutes les sociétés, il  existe les notions de justice, d’équité, de dignité et de respect. Des valeurs très souvent foulées aux pieds comme c’est le cas au Cameroun. Le citoyen souverain n’a plus le droit  de contraindre  le gouvernement  à accomplir  ou à s’abstenir  d’accomplir un acte quelquonque, à travers des manifestations publiques. Ce qui traduit le  despotisme qui caractérise  le régime de Yaoundé, quant aux violations flagrantes et permanentes des libertés de réunion et de manifestations publiques au Cameroun.

La liberté de marcher, la liberté de s’exprimer c’est des droits constitutionnels, c’est des droits inaliénables. Un gouvernement qui se respecte, se doit de protéger ces droits fondamentaux. Le régime de Yaoundé sait ce qu’il fait. Il serait totalement naïf de croire qu’un régime pareil qui a fait 37 ans règne avec tout ce que cela comporte comme corruption, comme détournement, ne sache pas ce qu’il est entrain de faire ; ce régime et entrain de bafouer les droits les plus élémentaires, les droits fondamentaux des citoyens. Et moi mon attachement viscéral aux valeurs de la liberté et de l’humanisme, m’impose d’exiger la libération de tous les prisonniers politiques qui ont été incarcérés juste parce qu’ils ont voulu s’exprimer.

Jean Robert Wafo, Ministre du Shadow cabinet du social democratic front (sdf) en charge de l’information, a tenu ces propos lors de son passage à l’émission « Droit  de réponse » sur Equinox télévision le dimanche le 09 juin 2019.

En matière de justice, le peuple n’est plus gouverné par le peuple au Cameroun.  Il semble être gouverné par les autorités sécuritaires. Au nom de la raison sécuritaire, ils peuvent traquer des citoyens partout, interpeller, neutraliser  ou exposer des cadavres en guise de trophée de guerre, en toute violation de la loi n°2005/007 du 27 juillet 2005 portant code  de procédure pénale.

Il ya tout un ensemble de dispositifs contenus dans l’arsenal juridique camerounais, qui sont totalement bafoués. Si le gouvernement estime qu’il y a des gens qui sont coupables de fait grave, bon qu’il y ait une justice équitable. Malheureusement, on constate que tous les droits sont bafoués 

 On a comme l’impression que l’arrestation injustifiée anticonstitutionnelle de certains leaders comme Maurice kamto, le président Albert Dzongang,  est une subtile manière pour le régime en place de faire diversion sur un problème national qu’est la crise anglophone-Poursuit Jean Robert Waffo.

Les forces de sécurité camerounaises ont commis des violations des droits humains, dont des homicides illégaux, des exécutions extrajudiciaires, des destructions de biens, des arrestations arbitraires et des actes de torture durant des opérations militaires. Le fait que l’Etat camerounais soit acculé par la pression des séparatistes, n’est pas une raison pour bafouer tous les droits fondamentaux et commettre des horreurs.

Lire la suite

Politique

Cameroun: Que dit la loi au sujet des manifestations publiques ?

Les manifestations publiques se multiplient au Cameroun parfois, elles sont non autorisé et s’exposent à des sanctions allant de quinze jours à six moi d’emprisonnement

Publié

le

Photo: @ sin octable.com

La loi portant régime des réunions et des manifestations publiques, date du 19 décembre 1990. L’article 3 de cette loi en son alinéa premier, indique que : « Les réunions publiques, quel qu’en soit l’objet, sont libres » L’alinéa 2 ajoute que: Toutes fois, elles doivent au préalable faire l’objet de déclaration tel que prévu par l’article 3 de la loi suscitée.

Quant aux manifestations publiques, l’article 8 du même texte alinéa 1, note que le sous-préfet qui reçoit la déclaration de manifestation « en délivre immédiatement récépissé. » Cependant, si l’autorité administrative (le sous-préfet) estime que la manifestation projetée est de nature à troubler gravement l’ordre public, elle peut soit lui assigner un autre lieu ou itinéraire ; ou interdire par arrêté et notifier immédiatement au signataire de la déclaration, à son domicile.

Pour ceux qui participent aux manifestations non déclarées, ou alors ceux qui après l’interdiction légale d’une manifestation, adressent quand même une convocation  à la manifestation, sont sanctionnés. Ainsi, pour les organisateurs de toutes manifestations publiques sans déclaration ou après notification de l’interdiction légale, les peines édictées par le code pénal sont notamment l’emprisonnement de 15 jours à six mois et une amande de 5 000FCFA à 100 000FCFA. Les réunions et les manifestations publiques, sont  des moyens de jouissance des droits et libertés fondamentales, reconnus aux citoyens.

Lire la suite

Politique

Incendie de la Sonara : Le gouvernement se veut rassurant

La région du Sud-ouest en proie à une crise sécuritaire depuis 2016, a vibré au rythme d’un grave incendie le vendredi 31 mai 2019. Le feu qui a pris possession des installations de la Sonara, a laissé au passage d’importants dégâts matériels.

Publié

le

Selon un communiqué du gouvernement publié le 1er juin 2019, l’explosion est survenue dans la nuit du 31 mai 2019 à 21 heures 55. Pas de perte en vie humaine, mais d’importants dégâts matériels. Le communiqué précise que la cause de l’incendie serait d’ordre technique. L’incendie qui s’est déclaré dans les installations de la société nationale de raffinage, situé à Limbé, a suscité une réaction du gouvernement, via une conférence de presse conjointe des ministres de la communication, de l’eau, de l’énergie et du commerce a Yaoundé, le dimanche 1er juin 2019.

Selon le ministre de l’eau et de l’énergie Gaston Eloundou Essomba, la nature de l’accident se résume à une explosion « cette explosion a provoqué les flammes qui ont consumés quatre des treize unités du process de raffinage » malgré cet incident qui a entrainé l’arrêt des activités de production de la Sonara, le gouvernement dit qu’« il n’y aura pas de pénurie » et rassure l’opinion publique sur l’approvisionnement continue en produits pétroliers sur le marché camerounais. Il a également annoncé l’arrivée  des navires d’importations, pour parer à toute rupture d’approvisionnement.

Le gouvernement prévoit aussi un plan de réhabilitation des différentes unités de production, touchées à la suite de ce grave incendie, tout en  rassurant que  les activités de la Société nationale de raffinage(SONARA) ne s’arrêterons pas ; le personnel va continuer à vaquer à ces occupations. Le ministre camerounais du commerce Luc Magloire Atangana pour sa part, assure que les prix des produits pétroliers ne subiront aucune augmentation.

Malgré les assurances du gouvernement, l’inquiétude persiste chez certains  politiciens qui disent ne pas comprendre pourquoi, dans un pays comme le Cameroun avec le marché qu’il offre en terme de produits pétrolier, qu’on ait qu’une seule raffinerie qui fonctionne depuis 1981. Plusieurs estiment d’ailleurs qu’il serait  urgent qu’aujourd’hui, qu’on ait une seconde  raffinerie. En effet, la Sonora est l’une des plus grosses entreprises parapubliques. Elle importe et raffine le pétrole destiné à la consommation nationale. Aussi, la base de la Sonora étant très proche de l’eau, toute émission de gaz ces derniers jours du a cet incendie pourrai impacter fortement sur toute la flore et la faune qui est autour.

Lire la suite

Populaires