Connectez-vous avec nous

Sans catérogie

Crise Anglophone : Dr Alain Fogue accuse le régime en place

Les affrontements se poursuivent dans la zone Anglophone et les gouverneurs desdites régions ont reçu l’instruction de faire maintenir la paix dixit René Emmanuel Sadi, ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation lors la conférence des gouverneurs.

Publié

le

credit photo: Google

Les affrontements se poursuivent dans la zone Anglophone et les gouverneurs desdites régions ont reçu l’instruction de faire maintenir la paix dixit René Emmanuel Sadi, ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation lors la conférence des gouverneurs.

Occasion pour notre rédaction d’aller à la rencontre du géopoliticien Dr Alain Fogue, pour l’interroger sur un possible retour au calme dans lesdites régions

Pensez-vous que les gouverneurs des régions du Sud-Ouest, Nord-Ouest   de l’Extrême Nord en conclave à Yaoundé puissent avoir la mesure de la situation?

Je ne sais pas si on peut dire si les gouverneurs ont la maitrise de la situation dans les trois régions que vous venez d’énumérer. Le fait est que le gouvernement a dessiné le diable au mur dans la zone Anglophone en souhaitant à tout prix avoir la guerre civile et des terroristes. Maintenant que la guerre civile est là,  je ne peux pas dire que la situation lui échappe totalement, non ! Le gouvernement réalise que la guerre civile qu’il a souhaité depuis février dernier  est devenue très dangereuse pour le pays, il est encore temps que les mauvais élus qui sont au pouvoir arrêtent de dicter les lois de l’état.  Les forces de défense et de sécurité n’ont rien à faire dans cette crise, la crise anglophone est un problème purement politique malheureusement le politique s’est effacé en envoyant les militaires et gendarmes affrontés des personnes qui se battent pour les problèmes existentiels. Pour me résumer, le régime en place n’y accorde aucun intérêt

Y a-t-il une possibilité qu’on retrouve le calme dans ces régions avant les élections ?

Ça dépend du président de la République car il y a possibilité de faire ce que tout le monde lui demande tant au niveau national qu’international : le dialogue. Il peut aussi décider de laisser la situation aussi tendue en pensant peut-être que les élections vont être reportées. Le fait est que le Cameroun est économiquement essoufflé, voyez- vous  on mobilise un hélicoptère pour aller récuperer six tenues militaires et  un civil à pompe, vous imaginez le coup financier d’une telle opération ? Et si on doit les multiplier de telles opérations d’où viendra l’argent ?  Le Cameroun a pour principal partenaire économique le Nigeria mais le Cameroun sur toute sa frontière avec le Nigeria c’est-à-dire près de 2000 kilomètres est pris en otage par Boko Haram dans le Nord et l’Extrême nord et maintenant la crise anglophone dans le Sud-ouest et Nord-Ouest. Ça fait quatre régions dont l’économie est en berne, dites-moi où le Cameroun va trouver de l’argent pour mener ces guerres ?

 Que doit-on faire pour que ces régions ne deviennent pas incontrôlables ?

Paul Biya doit descendre de son orgueil et se rappeler qu’il est président de la nation, les gens sont en train de mourir. Il est le garant de la paix au Cameroun, il doit aller à la rencontre du peuple camerounais et des autres. L’organisation d’un dialogue national est impérative car on ne peut pas parler de la question anglophone sans évoquer la  question de la représentativité des élites  ou du code électoral. Comment voulez-vous avoir des élites quand le système électoral est biaisé ?  Tout peut encore rentrer dans l’ordre c’est au chef de l’état d’en décider.

Sans catérogie

Cameroun: Torture et détention au secret sont monnaie courante

En vue de préserver la stabilité au Cameroun, des ONG ont attiré l’attention de l’organisation des nations unies et son conseil de sécurité, sur de graves violations des droits humains et l’enjeu de mettre la pression sur le gouvernement camerounais et les groupes armés séparatistes, afin qu’ils s’engagent sur la voie du dialogue

Publié

le

Photo:@journalducameroun.com

Dans un rapport publié le 6 mai 2019, l’ONG Human Rights Wacth  déclare que « Les autorités camerounaises ont torturé et détenu au secret des personnes dans un centre de détention à Yaoundé » L’organisation de défense des droits de l’homme, affirme avoir documenté 26 cas de détention au secret et de disparition forcée au centre de détention du Secrétariat d’Etat à la Défense (SED), entre janvier 2018 et janvier 2019, dont 14 cas de torture. Parmi les pratiques que l’ONG dénonce, figurent des passages à tabac et des « quasi-noyade » destinées, selon le rapport de HRW, à « obtenir des aveux de détenus suspectés d’avoir des liens avec des groupes séparatistes armés ».

Selon l’ONG, ces agissements  nécessitent l’ouverture « d’une enquête indépendante qui examinerait le rôle des agents de tous rangs au centre de détention ». L’ONG  Human Rights Wacth, rappelle également que « les séparatistes armés au Cameroun ont aussi commis de graves abus, y compris des attaques contre des écoles, des meurtres, des enlèvements et de l’extorsion », appelant les leaders séparatistes à donner des « ordres clairs pour empêcher les combattants d’attaquer des civils et de maltraiter les personnes qu’ils détiennent ». Dans ce rapport, HRW cite également des cas de torture infligée par des séparatistes sur des civils

Par ailleurs, le rapport du centre pour les droits de l’homme et la démocratie  en Afrique, s’appuie sur la détérioration de la situation dans les régions anglophones d’octobre 2016 à mai 2019. L’on est selon cette organisation, de plain pied dans une catastrophe des droits de l’homme. Le rapport parle de  violations graves des droits humains, commises d’un côté par les forces gouvernementales et de l’autre par les séparatistes, des atrocités telles que, la déportation des populations, l’emprisonnement avec sévices corporelle grave en violation de la loi fondamentale du Cameroun, ainsi que la persécution de la minorité anglophone. Ceci pousse l’organisation non gouvernementale, à conclure que les crimes contre l’humanité sont commis au Cameroun, d’où la nécessité d’engager des actions immédiates, pour prévenir d’autres atrocités et  protéger les civiles.

Pour stopper la crise, l’ONG adresse une série de recommandation à l’organisation des nations unis, appelant son conseil de sécurité à être plus regardant sur les droits de l’homme au Cameroun. Ces ONG publient ces différents rapports sur l’usage de la torture et les détentions au secret dans le cadre de la lutte contre les séparatistes, alors que le Conseil de sécurité des Nations unies doit tenir sa première réunion informelle sur la crise anglophone au Cameroun le 13 mai 2019.

Lire la suite

Actualité

Démission collective dans les rangs du MRC

220 militants du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun ont démissionné le 28 avril 2018 du parti politique dans la région de l’extrême Nord.

Publié

le

Par

credit photo: google

220 militants du Mouvement  pour la Renaissance du Cameroun ont démissionné le 28 avril 2018  du parti politique dans la région de l’extrême Nord.

Les démissionnaires pour la plupart étaient des responsables de base du MRC dans le Mayo – Danay et Mayo – Kani. Ils ont rédigé une lettre collective pour annoncer leur départ du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun. Ces derniers se plaignent du mépris manifesté à leur égard par le président national du parti politique. Ils font savoir que depuis qu’ils ont implanté le MRC dans la quasi-totalité de la région de l’extrême Nord, ils n’ont reçu aucun soutien moral de la part de Maurice Kamto comme le stipule cet extrait du communiqué.

A plusieurs reprises à la demande de nos militants, nous avons sollicité, sans succès, votre présence au moins pour une seule fois dans la région pour les réconforter dans leur engagement au milieu des intimidations et menaces de tout genre.

Ils décrient aussi la gestion opaque du parti au niveau national et local. Dans ce document on apprend que les 358  délégués du MRC dans l’extrême Nord ont voyagé à leur propre frais pour venir assister à la convention du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun qui a eu lieu en Avril dernier au palais des sports de Yaoundé.

Par une déclaration à vous adressée en date du 09 avril 2018, nous vous avons clairement dit que l’Extrême Nord  n’ira pas dans ces conditions. Cela  n’a pas suscité aucune réaction de votre part. L’on a préféré ramasser quelques individus à la place des militants pour représenter l’Extrême Nord à la convention.

Avant la démission de ces 220 responsables de base et militants, le secrétaire national adjoint en charge de l’inspection et du développement Franck Hubert Ateba avait jeté l’éponge pour presque les mêmes raisons. Il fustigeait la gestion opanique et paternaliste du parti politique.

Lire la suite

International

RDC : Félix Tshisekedi tient son premier meeting public en tant président de l’UDPS

Le nouveau président national de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social a organisé un meeting de campagne ce 24 Avril à Kinshasa.

Publié

le

Par

credit photo: google

Le nouveau président national de l’Union pour la Démocratie et le Progrès  Social a organisé un meeting de campagne ce 24 Avril à Kinshasa.

Felix Tshisekedi a prononcé son premier discours en sa qualité de président de l’UDPS. Élu le 30 mars dernier avec 98%  soit 798 suffrages exprimés en sa faveur contre 8 pour son challenger Guy Bao. Félix Tshisekedi a été par la même occasion désigné  candidat à la présidentielle du 23 décembre 2018 en République Démocratique du Congo.

C’est la toute première fois depuis septembre 2016 que les manifestations publiques se tiennent en RDC, suite à des violences à proximité du siège de l’UDPS  qui avaient causé la mort de plusieurs personnes. Le fils du feu Etienne Tshisekedi a demandé au pouvoir  de libérer des prisonniers politiques au Congo et permettre le retour des opposants en exil comme Moise Katumbi également candidat à la  présidentielle mais qui risque la prison s’il revient au pays.

Il a aussi confirmé les négociations qu’il a entrepris avec le gouvernement pour le retour de la dépouille de son père mais nie être en pourparlers pour un éventuel poste de premier ministre.

 

Lire la suite

Populaires